ADIR

« Action Développement et Intégration Régionale »

 

Plate forme d’organisations sans but lucratif.

ADIR est agréée par Ordonnance ministériel n° 530/1097 du 30 novembre 2007

               Adresse physique et électronique :

               PB 6133 Bujumbura – BURUNDI

               Téléphone fixe : +257 22 25 40 55

              Téléphone mobile1 + 257 77  74 17 74

             Téléphone mobile2  + 257 79 81 78 88

              Email1 : godefroidmanir@yahoo.fr

               Email2 : adirpf@yahoo.com

DESCRIPTION DE L’ORGANISATION

Plate forme nationale d’organisations sans but lucratif œuvrant dans le secteur du développement et des droits de l’homme.

En tout 23 organisations ont déjà souscrit à la plate forme.

Le représentant légal/ Président de l’association : Godefroid MANIRANKUNDA.

Le représentant légal suppléant : Abbé Déogratias BANZIRUMUHITO, Dominicain.

Les organisations membres de « ADIR » participent divers à processus d’intégration régional et de développement économique et social.

ADIR est membre du « Mécanisme National  de Coordination et de suivi (MNC) de la mise en œuvre du « Pacte sur la sécurité, la stabilité et le développement de la Région des Grands Lacs ». Quatre thématiques ont été considéré comme pilier du processus de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL) à savoir ; la Paix et la Sécurité, la Démocratie et la bonne gouvernance, le Développement économique et l’intégration régionale, les Affaires sociales et humanitaires. Plus tard un cinquième pilier a été adopté concernant les « Questions  transversales », qui sont le Genre, les Droits de l’Homme, l’Environnement, les Etablissements humains, le VIH/SIDA, la Jeunesse.

ADIR est accrédité au « Programme COMESA pour la Paix et la Sécurité ».Avec les autres organisations de la société civile des pays membres du COMESA, il est organisé une rencontre annuelle d’évaluation qui détermine si les organisations accréditées ont fait une contribution de valeur aux activités du programme dont les objectifs prioritaires sont :

La création d’une structure institutionnelle dotée d’un mandat spécifique en matière de prévention de conflits grâce à la diplomatie préventive ;

La participation des parlementaires du COMESA et des acteurs non étatiques à la prévention des conflits et à la consolidation de la paix ;

La prise en charge des questions de la paix et de la sécurité comme moyen de renforcer son objectif primaire de promouvoir l’intégration économique, compte tenu du fait que la paix et la sécurité sont des conditions préalables fondamentales au développement et à la croissance économique ;

Le recours des Etats membres aux institutions nationales déjà en place pour renforcer les capacités dans le domaine de la prévention, de la gestion et de la résolution des conflits ;

La consolidation du programme économique du COMESA, à travers par ex. le développement de ses capacités dans les domaines du système d’alerte rapide, la gestion et la résolution des conflits, la transformation après le conflit.

ADIR a été désigné membre du « Forum National pour le Développement des Politiques Commerciales » (FNDPC), organe établi dans les Communautés économiques régionales en vue d’analyser, orienter, suivre toutes les étapes des négociations, bilatérale, régionale et multilatérale.

En ce qui concerne les négociations des Accords de partenariat économique entre les pays ACP et l’Union Européenne six thématiques sont définis à savoir :

L’accès au marché dont les Règles d’Origine ; l’Agriculture ; la Coopération au développement ; le Commerce des services ; les questions litigieux au commerce.

ADIR est partenaire de Consumer Unit and Trust society (CUTS International) depuis 2010. ADIR a exécuté  le premier projet  en collaboration avec CUTS sous l’intitulé « Building Inclusive East African Community (BIEAC), dont la mission était de mener des études, à partir de ces études, faire le plaidoyer auprès des responsables politiques, et sensibiliser le public sur le commerce transfrontalier et l’intégration régionale. (www.cuts-grc/BIEAC-Projects.htm)

Depuis Décembre 2012, ADIR en collaboration avec quatre autres ONG des pays de la Communauté Est Africaine nous sommes entrain de conduire un projet intitulé « Promoting Agriculture, Climate change et Trade likages in East African Community » (PACT-EAC).  Nous somme entrain de faire des études de recherche pour trouver la solution de la sécurité alimentaire par le relèvement des défis du climat et l’appui  du Commerce. (www.cuts-grc.org)

ADIR est membre du Forum de la  société civile de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EACSOF). Le Burundi est membre de cette Communauté depuis Juillet 2007. Aussitôt le Burundi devenu membre de la Communauté de l’Afrique de l’Est (CAE), ADIR a été invitée à rejoindre les autres organisations de la société civile de la Communauté. EACSOF développe le mécanisme de « cadre de dialogue structuré entre le secteur public, la société civile et le secteur privé, en vue de développer entre les trois entités partenaires, une structure articulée sur les points suivants :

Collaboration entre les autres institutions partenaires qui sont les Organisations de la société civile (OSC) et les Organisations du secteur privé (OSP), ainsi que la collaboration entre les deux institutions et l’EAC.

Un processus de dialogue clair, un cadre de suivi et d’évaluation et un mécanisme de restitution ;

Une mobilisation de ressources afin de participer à l’intégration régionale de façon effective;

Un mécanisme solide d’établissement d’OSC et d’une OSP et un plaidoyer ainsi que l’amélioration des capacités de l’EAC à appuyer la participation de ces partenaires.

ADIR est membre du « Forum International des Plates formes nationales d’ONGs de Développement » FIP.  Au niveau régional, le FIP est représenté par le Réseau des plates formes nationales des ONG de l’Afrique centrale (REPONGAC) constitué par les ONGs du Burundi, du Rwanda, de la République Démocratique du Congo, de la République du Congo, de la République Centrafricaine, de la République du Tchad, du Cameroun, du Gabon et de la Guinée Bissau. (www.repongac.org)

Le FIP est un rassemblement de plates-formes d’ONG nationales constituant des réseaux régionaux. Les ONG sont très diverses. Elles partagent des valeurs et des principes pour la promotion des droits humains. Les principes de légitimité et d’efficacité sont partagés sous le principe de diplomatie non gouvernementale. La légitimité tient du rassemblement dans chaque pays de diverses ONG. L’efficacité est de faire entendre la voix des ONG sur la scène internationale, de faire entendre les voix de la population avec des positions fortes. (www.ong.ngo.org)

Pour ce faire, FIP recherche à avoir une compréhension commune de ses difficultés, mutualiser les efforts et être solidaires par les exercices de diplomatie non gouvernementale articulés sur les thèmes suivants :

La lutte contre les inégalités sociales et l’exclusion

La prévention et résolution des conflits

La régulation des marchés agricoles

Le financement pour le développement

L’accès à l’eau et l’assainissement

Les changements climatiques

ADIR assure le secrétariat du Comité de coordination du « SSATP » (Sub Sahara African Transport and Poverty Reduction) au Burundi. Le Comité de coordination SSATP est un organe mise en place par Ordonnance du Ministre des Transports Postes et Télécommunication, chargé d’organiser et d’exécuter le programme de la Banque Mondiale d’inclure la politique des transports dans le document du Cadre Stratégique de Croissance et de Réduction de la Pauvreté (CSLP).

OBJECTIFS DE LA PLATE-FORME ADIR

–                 Consolider les capacités  institutionnelles des Organisations de la Société civile en

Générale, des ONG de développement et des opérateurs économiques des communautés rurales en particulier, en vue d’harmoniser les actions de développement au niveau national et au niveau régional;

–               Participer à l’élaboration et la mise en œuvre des politiques nationales et régionales pour une meilleure intégration régionale;

–               Constituer un cadre de partenariat entre les Institutions tant nationales qu’internationales de promotion du développement humain durable ;

–               Appuyer techniquement et matériellement les unités de production et de promotion économique, afin de contribuer à l’augmentation de la production et l’amélioration de la qualité de vie des populations au niveau national et régional (extrait des statuts).

        ORIENTATIONS DES ACTIVITES

« Etudes et mise en œuvre des projets,  Analyses socioéconomiques, Analyses socioculturelles, négociations commerciales».

 

                 Information et communication : transmette la connaissance, la technologie et la culture. C’est un élément indispensable à toute activité de développement. La population burundaise a besoin d’amples informations concernant les mécanismes d’intégration régionale, particulièrement les principes de circulation des personnes, des biens et des services ; les opportunités à saisir, mais également les enjeux. La population burundaise doit s’approprier du processus d’intégration.

                  Etudes  et Recherches: ADIR compte mener des études sur la cause profonde de la désagrégation de la région en général et de la société burundaise en particulier, les études de recherche qui pourraient ressortir des stratégies d’une intégration régionale populaire et participative, les études sur les potentialités des ressources naturelles et les capacités des ressources humaines à pouvoir exploiter rationnellement ces ressources pour l’intérêt de la société.

ADIR compte mener des recherches sur les alternatives et les stratégies de production agricole ; tenant compte du changement climatique et du commerce régional et international ; suite également à la convoitise des terres africaines potentielles de la production agricole mondiale. Comment passer de l’Agriculture de subsistance à l’agriculture intensive économiquement rentable.

                  Formation : ADIR s’engage à combler les lacunes de la société burundaise en ce qui concerne l’entreprenariat, le sens des affaires, la gestion de production et la gestion commerciale ; la  formation professionnelle aux stratégies des PME-PMI, dans tous les secteurs, les négociations commerciales. Notre pays et partant notre région doivent s’ajuster en tout ! Afin d’être à niveau d’une intégration régionale pressante et d’une mondialisation compétitive.

                 Production : le Burundi doit prendre des mesures particulières de production, et profiter des avantages comparatifs pour une gamme de produits variés, agricoles, artisanaux, miniers avec  une attention particulière sur la production des services. Il faut établir des relations dynamiques entre le producteur et le consommateur, que veut le producteur pour améliorer sa production et être compétitif sur le marché ?

                Promotion : les producteurs doivent faire face à la libéralisation des filières de production d’une part, mais également à la libre circulation de la production dans la région et dans le monde d’autre part. L’enjeu est de taille. Ils doivent savoir « vendre » leurs produits, qui seront confronté à une rude compétition.

A D I R

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

  • Designed by Connecte International. All rights reserved.

Liked it here?
Why not try sites on the blogroll...